5 questions à Tino : L’invité de Fr@mboize

L'invitée de Fr@mboize

Nouvelle rubrique sur ce blog que tu kiffes grave puisque tu reviens et que je t’aime pour ça Ô fan d’amour !

Donc, une nouvelle rubrique : »L’invité de Fr@mboize »

Si tu veux être invité dans cette rubrique, tu es bienvenu !

Tu me laisses un petit mot et hop, on voit ça ensemble !

C’est une rubrique ouverte. Une photo, une vidéo, un texte… il n’y a pas de chose imposée. Que tu ai un blog ou pas …

Une carte blanche à partager quoi … :poupoupidou:

Pour cette première édition, mon invité n’est pas blogueur…

Interview :

– Ton nom, ton prénom ou ton pseudo :
Suriani, Tino, pseudo en recherche…

– Comment as tu connu Framboize, le blog ?
Blog connu parce que j’adore les feuchneuck.

– Qu’as tu décidé de nous faire partager et pourquoi ?
On pourrait partager nos écritures mais pas nos femmes (et puis quoi encore) O_o

– Une chose à dire ?
J’ai bien des choses à dire… mais je ne sais pas parler.

– Tu reviendras ?
 i’ll be back.

Merci…Tino.

C’est à toi :

… » Voilà une demi heure que je suis dans cette pause, je commence à avoir les guiboles qui me font mal.
Et Ana qui a dû stopper son torride chevauchement à cause de moi.
23h dans mon camion, je suis en pleine lecture d’un bouquin qui me fascine. J’avale les pages tandis qu’Ana avale autre chose, elle est vraiment douée malgré son inexpérience et ça me plait.
Nous sommes interrompus par le vacarme vrombissant d’une voiture.

 

La queue bien raide, le coeur galopant et les pupilles dilatées par cette avalanche d’érotisme, je sursaute.
Juste le temps de caser Ana dans le coin de mon dortoir.
Je bondis à l’arrière du van et observe par la minuscule ouverture que font apparaitre les rideaux suspendus tout autour de moi.
Je remarque cette voiture bleue avec quatre types à l’intérieur qui s’amusent à faire du rodéo sur cette route éclairée peu fréquentée.
Leur jeu est très simple, ils s’élancent à pleine vitesse d’un bout à l’autre de cette rue pour finir par un somptueux coup de frein à main.
Rien d’extraordinaire et scène trop peu banale pour être racontée, surtout dans cette partie de banlieue où, en quelques semaines de fréquentation, j’ai pu être le témoin de quelques scènes risibles ou très tristes.
Mais quelque chose me force à rester coller à cette ambiance de rue. Un drôle de sentiment m’envahit, une angoisse.
La rue est pourtant longue et quasi déserte, la place suffirait à installer la foire du trône. Et pourtant c’est bien là, ici, à pouvoir les toucher, qu’ils décident de venir se garer.
En une fraction de seconde j’éteins la loupiote qui fait tant rire Cécile pour son aspect  » l’homme moderne « , j’éteins le chauffage qui produit cette chaleur tant salutaire autant qu’il diffuse cette lumière orangée qui trahit ma présence.
Je me replace derrière le rideau.
Le moteur se coupe, les phares s’éteignent; je vois enfin leurs trombines.
_Putain, c’est quoi ce bordel !
Quatre lascars. Le genre de lascars que tu ne vois jamais; et pour cause. Bonnets jusqu’au sourcils, écharpes sous les sourcils. Blacks,blancs,beurres ? On en sait rien.
Les 4L descendent, les portières sont ouvertes, j’entends cette soit disant musique accompagnée de paroles tout aussi conne que doit l’être le rappeur qui les beugle.
Ils sont là, à cinquante centimètres de mon univers, ils sont agités, les joints tournent, ils gueulent, ils chantent, ils crachent, une bouteille tourne, son liquide est bleu, ils bougent, ils squattent le pare-choc arrière de « ma maison » et soudain..
[ Clic clac ]
Un des types actionne le poussoir de la serrure du coffre.
Il est fermé, tout va bien.
La musique est stoppée, la voiture est fermée.
A ce moment j’ai froid ou j’ai chaud, j’en sais rien.
La gesticulation continue; ils fument, gueulent, crachent, boivent toujours puis … se dispersent.
J’en tiens deux dans le collimateur, mais deux ont disparu de mon champs de vision…
[ Clic clac ]

C’est la porte latérale qui est testée, elle est verrouillée.
Ana n’a plus aucun effet sur moi, si mon cœur galopait pour elle tout à l’heure cette fois je pourrais tout aussi bien avoir atterri sur Jupiter tant mon coeur s’est emballé.
Dans un sursaut de lucidité, je me rappelle que je suis à poil, je me rappelle que je ne peux pas bouger, je me rappelle que..
– Mais merde, quel con !  » La portière conducteur n’est pas enclenchée, j’attends toujours la dernière clope avant de me coucher pour fermer cette putain de porte.
[ Clic clac ]
La portière passager est testée, elle est fermée.
J’en ai trois en visu, il en manque un, j’échafaude déjà le plan du millionième de seconde de temps de réaction que j’aurai si lascar n° 4 tente l’ouverture du dernier point d’accès à ma résidence secondaire.
Et je ne peux toujours pas bouger.
Je vois n°4 qui revient en se tripotant la bite, peut-être qu’il était parti pissé.
Soudain, comme par une volonté divine, j’aperçois une lueur bleue qui envahit le brouillard, elle s’éteint, elle s’allume, elle s’éteint, elle s’allume et tout ça à un rythme que j’aime bien. Cette lueur semble se rapprocher, les quatre gus la remarquent eux aussi et s’en vont…
Je peux enfin bouger et prendre plaisir à redonner de la vie à mes éléments, bouger pour me dégourdir, bouger pour faire couiner cette ferraille qui constitue ce camion.
Cette ferraille qui lance de drôles de cris chaque fois que je bouge et que je me retourne sous les couvertures. Cette ferraille qui aurait sonner le glas de mon invisibilité quand les 4L étaient là.
La lueur bleue s’est transformée en un gyrophare bien réel d’une patrouille de police qui fait son travail.
Là, tout de suite, je les aime, tout simplement.

Je souhaite bonne nuit à Ana, me rhabille encore sonné et pars stationner pour la nuit à coté de cette mosquée, à côté de cette cité, dans ce quartier de Villepinte où je dormais depuis quatre semaines sans aucun incident, avant que, pour une raison inconnue j’eus voulu voir de nouveaux horizons.
J’étais heureux de retrouver Ana le lendemain soir pour de nouvelles  » frivolités « .

17 Commentaires

  1. tino

    Je suis scié par la forme. C’est un excellent travail. Merci Framb.

    Réponse
    • Framboize

      :mrgreen:
      Tu reviens quand tu veux Tino !!!
      Tes autres textes me plaisent aussi … donc… 😉

      Réponse
    • Framboize

      Tu aimes la rubrique ?
      Tu veux y participer ?
      Tu kiffes le texte de Tino hein ?!

      Réponse
  2. :)

    Je ferai… si tu le souhaites, bien entendu ! Toutefois, je suis peu libre en ce moment côté emploi du temps. Je pense toutefois être plus libre après le 5 décembre…

    Réponse
    • Framboize

      je t’envoie le questionnaire… 😉

      Réponse
  3. Pierre

    Je kiffe cette ambiance et cette histoire :). A quand le livre ?

    Réponse
    • Framboize

      Toi, tu kiffes Ana :mrgreen:

      Réponse
    • tino

      Je tente déjà de vous tenir en haleine avec mon « roman ». Alors, Pierre, stp laisse moi du temps. Peut être qu’un jour, je saurai écrire. 🙄

      Réponse
  4. Viviane

    Sympa , on dirait le début d’un vieux polar style San Antonio

    Réponse
    • Framboize

      On aimerai qu’il se penche sur le fait d’écrire un bouquin :mrgreen:
      on verra bien …

      Réponse
  5. Framboize

    OOH PUTAIN !!!!!
    Le flip intersidérale que tu t’es fais !
    Je me serai fais dessus je crois ! Quelle idée de dormir à oil’p aussi ???? Tu te tripotais ou quoi ? 😀 mouahahahaha
    !
    Je pense que tu t’en souviendra longtemps de ton flip de nuit 😉

    Réponse
  6. GabTiB

    j’aime beaucoup ce texte
    je me permets de mettre un lien vers un concours de nouvelles qui pourrait peut être interessé Tino
    http://crlbn.fr

    Réponse
    • Framboize

      Merci à toi, si ça fonctionnait… champagne !!! :mrgreen:

      Réponse
    • tino

      Sympa, merci pour l’info. Je vais voir ça ce week-end car je suis toujours en détresse technologique. Si ça marche… Magnum !!!

      Réponse
  7. Pitch

    oh bien j’aime beaucoup
    je connais un forum ou des texte de ce genre plairai beaucoup.
    Ya un autre endroit ou on peut lire des texte de mr Tino?

    Réponse
    • Framboize

      Quel forum ?
      Je suis sa coach manager 😈 (genre)
      Il n’a pas de blog, juste une page FB où il écrit un chapitre par semaine d’une histoire qu’il a en tête depuis pas mal de temps.
      Je vais voir s’il prend des nouveaux « amis » et te dis ça ! :mrgreen:

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This