Le bilan, quand tu réalises que ça va craquer

Parfois je lis sur les blogs ou autres page facebook, des articles de personnes qui font le bilan.
Alors ça peut être un bilan de travail, un bilan d’amitié, un bilan de régime… un bilan de tout

J’ai décidé de faire le bilan de ma vie.
Étant donné que je ne suis as HYPER happy en ce moment, je pense qu’il sera plutôt négatif en fait ce bilan.

J’ai 48 ans.
Le temps est passé, je n’ai pas fait le quart de ce que je m’étais promis de faire.
Première déception, je n’ai pas tenu les promesses que je m’étaient faites.
Quand j’étais petite je ne voulais pas me marier, je ne voulais pas d’enfant, je voulais vivre à Paris ou dans le sud, au soleil. Sinon, partir à l’étranger.
Le bilan : Je suis mariée, j’ai 3 enfants, je vis à 100 bornes au NORD de Paris dans un bled paumé où il n’y a rien.
Mauvais point…

Côté professionnel, bilan merdique.
J’ai commencé en faisant des jobs de vendeuse.
Des jobs où la clientèle te chie dessus parce que tu es là pour les servir avec le sourire, sans jamais rien dire car le client est roi…

Ensuite je me suis mise à mon compte.
Là je me suis plutôt bien éclatée.
Je faisais ce que je voulais, quand je voulais et avec qui je voulais.
Mais, car il y a toujours un mais, ma boite n’a pas perduré.
Dépôt de bilan.
C’est marrant ce mot qui revient…

S’en est suivit une période merdique financièrement ET moralement.
… depuis c’est la même merde qui revient.
Formation pour trouver un boulot dans lequel on pense qu’on va s’éclater… et puis nan.
Le patron qui t’exploite.
Et tu dois toujours fermer ta gueule.
Parce qu’il y’a des millions de chômeurs qui veulent ta place…

Alors tu crois dans cette opportunité que Monsieur Pôle te propose un jour, comme ça, sans que tu n’ai rien demandé.
Tu vas en chier un an, apprendre un nouveau métier qui est à des kilomètres de ce que tu as toujours aimé faire.
Mais ce métier, une fois que tu l’auras bien appris, que tu auras passé ton diplôme … tu auras un travail.
Un vrai métier, avec des RTT, des collègues, des tickets restau, un bureau, des post it…
Tu feras un job que tu vas aimer, parce que pendant une année on va t’apprendre à aimer ce job.
Le seul problème c’est qu’après cette année où tu as tout donné pour ce nouveau métier : ton temps, ta vie de famille, tes soirées, voir ta santé… et bien, on te dit qu’en fait non.
Non tu ne bosseras pas avec eux.
Non tu n’auras pas de collègues, de bureau, de post it et tout le bordel…
Non tu ne fais pas l’affaire. Enfin si tu fais l’affaire.. mais pas là.
Oui ils prendront de nouveaux stagiaires comme toi plutôt que te faire un contrat à toi.

Alors tu relèves la tête et tu cherches vers quoi tu vas pouvoir t’orienter.
Tu trouves l’idée.
Tu y crois.
Parce que tu constates qu’il y a un manque dans cette branche là.
Tu te sers de tes compétences personnelles et professionnelles pour argumenter auprès de Monsieur Pôle afin qu’il t’aide à obtenir les dernières compétences qui te seront nécessaires à l’obtention de ce super job, où c’est sur : tu vas enfin, revivre et respirer.
Mais c’est sans compter sur la chkoumoune que tu traines depuis que tu es née !
Monsieur Pôle décide que non. Il ne t’aidera pas.
Pourquoi ?
Parce que tu n’as pas cette compétence.
Monsieur Pôle est un gros connard qui n’a pas compris que justement tu voulais cette compétence. Et que pour l’avoir, il devait t’aider par le biais d’une formation de 3 jours.
Monsieur Pôle a dit non, c’est non.
Alors ton moral baisse. Tu t’efforces d’aller bien, mais ça va craquer…
Tu n’as pas envie de te lever le matin. Tu n’as pas envie d’aller te coucher le soir.
Tu fais genre du sport mais t’as pas envie de le faire.
Tu fais un régime mais tu ne rêves que d’un truc : manger du sucré du gras et mourir en dormant.
Tu n’appelles plus tes ami(e)s. D’ailleurs, si tu fais le bilan de tes ami(e)s tu te rends compte que c’est bien merdique de ce côté là aussi.

Entre ceux qui habitent le même bled que toi et qui ne te parlent plus, ne t’appellent plus ni pour prendre du nouveau, ni pour passer boire un café, ni pour t’inviter… Pourquoi ?
Parce qu’à la base tu n’es pas de ce bled, que tu viens de Paris, donc pour eux tu as le MELON, la grosse tête…
Et puis parce que quand t’es photographe ou informaticien bah tu ne vas pas bosser à l’usine.
Tu ne te lèves à pas à 5 heures pour aller en chier comme un bourrin dans ton taf.
Et ça, ils ne supportent pas.
Donc, tu n’es pas respectable.
Et enfin, parce que tu as invité un couple du bled, qui était tes amis, à venir en vacances avec toi, en Corse un été. Et que cela c’est mal passé. Et qu’en rentrant de ces vacances tout le bled ou presque, était contre toi. Toi, la méchante.
Sans même me demander ma version des faits, j’étais coupable ! Point.

Et enfin, parce que d’un mouvement d’humeur, j’ai viré de mes contacts facebook tous les gens du bled qui ne faisaient que baver sur moi et ma famille.
J’ai viré ceux qui se permettaient de m’insulter de façon indirecte mais tellement évidente que s’en était ridicule.
Donc un bilan merdique du côté du bled.

Les autres ami(e)s sont tous loin. Trop loin.
Paris, Montpellier, Nîmes, Nice, Montréal… C’est pas simple pour boire un café vite fait pour te remonter.
Et puis tu n’appelles pas les gens pour leur dire tu vas mal.
Enfin moi je ne le fais pas.
Et comme mes ami(e)s sont trop loin, ça fait mal…
Et il y a les ami(e)s virtuels. Ils sont nombreux mais présents « virtuellement ».
Et malheureusement, ça n’aide pas tant que ça.

Et la famille ?
Bilan très merdique en vérité.
Mon père, prétentieux journaliste qui n’a fait que niquer à droite et à gauche pendant toute sa vie. Il voulait réussir sa vie professionnelle. Pas sa vie personnelle. j’ai essayé pendant des années de le comprendre. De faire en sorte qu’il s’intéresse à moi. Peine perdue.
Le jour de mon mariage, il me téléphone pour me demander ce que je fais ce jour là…
Il m’écrit un petit mot : J’espère que tu trouveras ton chemin, la bonne personne. J’aimerai croire en toi.
C’est pas beau ça comme message !
Ensuite, il a été jusqu’à me déshériter…
Bilan paternel : à chier !

Ma mère, elle m’a refilé à garder à ma tante pratiquement dès ma naissance et presque tous les jours, pendant les 3 premières années de ma vie. L’amour maternel…
Pourquoi ?
J’en sais rien.
Vers l’âge de 5 ans, mon père est parti de la maison.
Il est allé vivre dans le quartier de Saint Germain, pour niquer encore plus et faire ses reportages à l’étranger.
Je ne dis pas de connerie, il en a même écrit un livre : Bail à céder rue Saint Séverin.
Chaque chapitre à le nom d’une de ses maitresses. Il avait la grande classe le pater !
Donc lorsqu’il est parti, ma mère a décidé que j’aurai ma chambre.
Ma chambre à moi. Je ne serai plus avec mon frère ni ma soeur.
J’étais contente de cette décision.
Jusqu’à ce que je réalise que cette chambre c’était un cagibi.
Un placard.
Un petite pièce de 4 m2 dans laquelle il y avait mon lit, mes jouets et sur les étagères, le fourbi « atelier » : les outils, les clous, les bouteilles de produits ménagers etc…
Plus tard, lorsqu’elle décidera de divorcer du pater, et de se mettre avec un autre homme elle me l’annoncera comme une devinette. Je devais deviner quel était le prénom de son nouveau mec… Et en rigolant elle me dit : C’est Michel ! Comme ton père. Comme ça, je ne pourrai pas me tromper…
Ça fait 35 ans qu’elle m’a dit cette phrase.
Je l’entends et je lui en veut encore terriblement d’avoir dit ça !

Je la hais d’avoir choisi de vivre avec ce type et du coup de me foutre à la porte de chez elle.
Du haut de mes 14 ans, je suis partie vivre chez mon frère, plus âgé, marié et avec deux gosses…
Je la hais de n’avoir rien fait pour moi.
De n’avoir jamais été présente.
Ensuite je suis allée vivre chez ma soeur, mariée et avec un gosse.
Puis je suis repartie vivre chez mon frère…
On m’appelait pingpong.
Ballotée d’un appart’ à un autre…

Ma mère ne s’est jamais intéressée à mon mari, à mes enfants, à ma vie.
Pas de cartes d’anniversaire, pas d’appel, pas de visite.
C’est simple pour mes parents il n’y avait que ma soeur et mon frère.
Maintenant qu’ils sont décédés tous les deux, je ne vois plus mon frère ni ma soeur.
Ils ne me manquent pas.
Aucun d’eux.
J’ai juste un sentiment de la haine.
Bilan méga merdique hein?!

Mes enfants… ma vie de couple…
Je n’en parlerai pas … déjà quand mon chéri va lire ça, il va m’engueuler de me dévoiler autant…
Mais voilà. J’aurai moi aussi fait mon bilan…
Et franchement, il est super merdique.

J’avoue je vais mal. Je n’en veux qu’à moi même.
Mais je vais me relever… un mojito et hop…ça va aller
…ou pas

 

26 Commentaires

  1. Angélita

    Je suis triste de lire ça. Un bilan, c’est vrai que ça sert; D’extérioriser tout ça, ça t’a peut-être aidé; Mais il y a de belles choses quand même. Tout n’est pas négatif.
    Des bisous à toi

    Réponse
    • Framboize

      Je fais faire un bilan sur le positif…
      Promis

      Réponse
  2. Chris

    On ne connaît pas et pourtant nous avons échangé des cartes postales cet été. Toi la Corse et moi les Pyrénées-Orientales. Alors voilà je te fais un big hug parce que quand j’ai eu une grande grande peine il y a bien longtemps j’aurais aimé qu’on le fasse pour moi.

    Réponse
    • Framboize

      J’ai pris et gardé ton big hug !!!
      😉

      Réponse
  3. AnnaPoubelle

    Moi aussi je suis triste de lire ça.
    Je ne sais même pas quoi te dire parce que de toute façon ça n’atténuera en rien ce sentiment au fond (ou plutôt à fleur) de toi.
    Alors je te fais juste un gros câlin et un gros bisou virtuel, et j’espère de tout coeur que la roue tourne pour toi professionnellement, ça aiderait beaucoup.
    Prend tout l’amour de tes enfants et de ton mari, et de tes amis si loin, fais en un cocon autour de toi; et nous aussi on t’aime, même virtuellement, même si on ne se connaît finalement pas.

    Réponse
    • Framboize

      Je prends le gros câlin !
      Et je vais faire un bilan sur le positif.
      Parce que y’a pas que du merdique non plus… 😉

      Réponse
  4. lalydo

    Je ne sais que te dire quand je lis ça, à part que sincèrement je t’envoie plein d’ondes positives car le peu que je connais de toi, donne envie que ton prochain bilan soit ultra positif.
    Des tas de bisous et si tu veux causer, même virtuellement, tu sais où me trouver 🙂

    Réponse
    • Framboize

      Je m’en occupe… du bilan positif ! 😉

      Réponse
  5. Sheily

    On se connaît peu, depuis peu, mais j’ai quand même envie de te dire de tenir le coup. C’est très courageux d’avoir écrit ce billet, et c’est signe que tu n’as pas l’intention de rester down !

    Réponse
    • Framboize

      merci à toi biz
      le bilan positif arrive bientôt 🙂

      Réponse
  6. Cathy

    Coucou ma copine! Rhhhaa j aime pas de voir comme ça! Toi mon idole ! Oui non j essaie de dédramatiser ,je ne peux m en pêcher mais je ne peux que te comprendre ,si je faisait le bilan moi aussi! Ça serait guère mieux ! Quand tu naît sous x avec une mère absente ! Tu part mal dans la vie ! Mais on se relève et on est plus fort!heinn ! Et pis appelle moi bordel je suis la si t a besoin . Je sais je suis loi mais au moins je suis la ! Courage ma poule je t aime !

    Réponse
    • Framboize

      🙂 biz à toi

      Réponse
  7. natacha no gluten

    Oh cela l’attriste de lire cela. Pas simple mais regarde ton mari et tes enfants et pense à eux!
    Penses à nous les amis virtuels!
    Je ne sais pas trop quoi dire… Ton mari va râler c’est certain car tu t’es grave dévoilée! Mais si ça t’a fait du bien,c’est le principal! Car souvent écrire est une forme de thérapie.
    Je t’embrasse. Nat

    Réponse
    • Framboize

      L’écriture fait du bien c’est vrai.
      I’m back 😉

      Réponse
  8. Fleur

    pffiou !!!!le moral en berne notre Framboize
    va falloir réagir cocotte, bien sûr que non ton chéri ne t’engueulera pas, il te réconfortera et te soutiendra .
    histoire avec des points similaires, c’est mon homme et mes filles qui m’ont sauvée
    Fais en un bouquin de ton histoire tu as le talent pour ça et tu auras la possibilité de vider tes valises de ton histoire que tu traines comme un boulet. YES YOU CAN

    Réponse
    • Framboize

      Oula, un bouquin carrément ?!
      Est ce que cela intéresserait des gens…?
      Je vais poser quelques idées en vrac… j’y réfléchirait…
      Merci à toi d’être si fidèle…

      Réponse
      • Fleur

        les librairies sont remplies de bouquins d’histoires qui touchent les gens
        avec « le grand reporter » tu as matière à faire un roman
        et puis l’écriture est exhutoire, mettre ses joies, ses peines sur papier donne l’impression de se confier…..même si ça ne donne pas de réponse

        Réponse
  9. Gazzola

    Désolée de lire ça, mais étant donné tes relations familiales désastreuses, notamment avec tes parents, tu n’as jamais envisagé de faire une psychothérapie? D’autres t’ont sans doute déjà posé la question. Je dis ça parce que, pour avoir eu des relations difficiles avec mes parents et un bilan de vie pourri aux alentours de 30 ans avec la sensation d’être totalement bloquée, j’en ai commencé une et ça m’a sauvé la vie, pas physiquement, mais moralement et socialement. J’ai eu la chance de tomber du premier coup sur le psy sérieux et qui me convenait, mais je pense que c’est parfois une question de survie. Et quand je lis ton post, il me semble que ça pourrait t’aider. Bon courage en tout cas, j’espère que la suite sera meilleure.

    Réponse
    • Framboize

      Welcome Gazzola,
      J’y pense…. il me faut juste trouver le bon !
      Merci à toi pour tes conseils. 😀

      Réponse
  10. DD

    J’admire ton courage et ton abnegation, tu prends soin de nous au travers de ton blog en nous offrant des tresors qui nous collent le sourire a chaque fois.j’aimerai avoir ce pouvoir et faire en sorte que tu ailles bien. Nous sommes toutes là, amies blogueuses, pour toi.oui ton bilan est tres merdique, c’est clair, et le passé ne peut etre changé, le futur oui.grosses pensées. ♥

    Réponse
    • Framboize

      Le fait que tu viennes ici, et que tu commentes me fait déjà beaucoup de bien !
      Continues 🙂

      Réponse
  11. Viv'

    Une solution : viens boire un café imbuvable à la maison
    PS : je n’aime pas te savoir le moral dans les chaussettes

    Réponse
    • Framboize

      C’est gentil ça un café imbuvable !
      Merci 😉 😀

      Réponse
  12. gabtib

    merde
    ces putains de bilan
    j’ai fais le mien et il est pas plus brillant
    ça fout les jetons
    alors on essaye on se remets en selle ou on va dans le mur
    mais on essaye
    courage

    Réponse
    • Framboize

      je vais faire u bilan ++…
      histoire de compenser 😉

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share This